Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Capturer

 

CANALBLOG

Recherche

 

 

Les Videos de l'univers de  Balias, son oeuvre,

son atelier et son lieu de vie

 

 

Articles Récents

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 19:00
Didier Poisson ou l’imagination féminine par Frédéric R. Vignale
 

Impression | PDF | Commentaires

logo ARTICLE 2373 La part féminine de Didier Poisson s’est exprimée avec une grâce aérienne dans sa sculpture qui part de la terre pour fendre le ciel avec une élégance qui force le respect.

Chaque angle du découpage de sa pierre est une audace, un voyage vers la créativité la plus imaginative et sensible, vers la courbe la plus pertinente qui soit.

Quel étrange et sculptural animal ainsi taillé à la force de l’instrument le plus affûté du monde !

Didier Poisson a réussi un prodige ; faire que son oeuvre nage, flotte à jamais dans les nuages de la plus délicate des incarnations mythologiques et réelles.

On est saisi par la maîtrise de ce bel ouvrage, par sa complexité créative d’un haut niveau, par la vision esthétique de det ensemble musical et virvoltant.

Musique sublime et tendre jeu de sonorités, et pour finir, un plaisir de concert pour le plus exigeant des spectateurs... et toujours cette part de rêve et de magie qui nous fait vibrer sur la corde la plus harmonieuse.

Le site officiel de Didier Poisson, le sculpteur

Ce texte a été écrit dans le Cadre du Symposium 2006 de Sculpture à l’Atelier de Balias dans l’Orne.

Repost 0
Published by Balias - dans Symposium
commenter cet article
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 22:19
Deux sculpteurs à l’honneur : Antonio Vuelta et Frans Van Zaelen par Frédéric R. Vignale
 

Antonio Vuelta sculpte en vagues pour mieux amener jusqu’à nous les réminiscences, les plages de la fécondité.

Sa matrice ronde, son coquillage recroquevillé, lisse, donne envie qu’on le caresse, qu’on suive son contour jusqu’à la lie qui coule sa vision séminale. Antonio Vuelta pêche un paradis perdu, sort de l’eau un fœtus admirable, parfait.

Sa sculpture ainsi extirpée des profondeurs de la mère, est une bouteille à l’amer, un objet de vie sacré et touchant de sensualité. Vuelta est un faiseur nostalgique d’une grande pudeur qui partage avec nous sa vision d’avènement d’un nouvel arrivé au sein sa famille.

On est submergé par tant de beauté et une si troublante acuité d’extirpation géniale et « originale » des sentiments premiers.


Frans Van Zaelen : L’assurance d’une pérennité

Van Zaelen n’a déjà plus de prénom. Il faudrait graver à même la pierre son patronyme et gommer tout autre artifice. On est là face à une œuvre qui n’entre plus aucune compétition.

Van Zaelen n’a plus d’effort à faire séduire, plaire ; sa maîtrise et son savoir-faire pragmatiques sont ses meilleurs ambassadeurs.

Van Zaelen sait qu’il peut mourir à chaque seconde, que le travail d’orfèvre de la matière est définitivement accompli.

Van Zaelen nous est offert dans une réalité historique proprement indéboulonnable.

Ses productions démolissent tous les jeux de la critique, elles sont déjà hors du temps, elles sont le Temps, elles sont l’écriture du siècle.

Van Zaelen peut ainsi se permettre, en tant qu’homme, toutes les injures publiques, car le Sculpteur est, lui, d’une grande correction, ses mots, ses attitudes figées dans le bloc sont, elles inattaquables, des mots doux pour l’éternité.

Photographies : Martien van Epers Royaards

Textes écrits dans le cadre du Symposium 2006 de l’Atelier Balias.

Le Blog de L’Atelier de Balias

Repost 0
Published by Balias - dans Symposium
commenter cet article
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 11:22

 

Cette œuvre d’Etienne Borgo est proprement interactive dans sa manière de nous offrir l’obligation d’une contemplation recto-verso. Passant avec bonheur, distanciation et humour du ludique au lubrique, il exhibe une trinité de fessiers et de membres virils dressés avec fierté.

 

Borgo se joue de nous, s’amuse de fixer dans la pierre immortelle ces bandaisons en réunion, ces phalliques émotions intimes.

Nous sommes en terrain de connivence, Borgo nous met en pleine vue cette part d’enfance, de naïveté qu’on ne doit jamais oublier, mettre en parenthèses.

 

Borgo travaille la matière avec la même liberté qu’un faiseur de bulles mettant en scène une bande dessinée.

  

Etienne Borgo a, en cela, inventé un style et il nous fait partager, avec simplicité et générosité un monde qu’on a envie d’apporter chez soi.

Etienne Borgo ou l’Enfance de l’Art le plus émouvant.

 

 

 

Atelier Balias, Château de Serans, 27 Aout 2006-08-29

Frédéric Vignale

www.lemague.net

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Balias - dans Symposium
commenter cet article
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 09:59
La verticalité du Colossal : Valeriu Ciumacu par Frédéric R. Vignale
 

logo ARTICLE 2374 Merveille de verticalité tournée en forme de triomphe géométrique, calibrée pour les siècles qui tournent à angle droit, le travail de Valeriu a ce charme de l’est des oeuvres colossales, indiscutables.

Imparable harmonie militaire taillée à la serpe, rasée de près ; mécanique magnifique d’un absolu idéologique aux habits jamais froissés...

Valeriu nous présente une parade jamais statique qui ne souffre d’aucun vent contraire. Jamais sculpture ne pourra faiblir, faillir, courber l’échine après l’héroïque combat de la matière contre la molesse des attitudes, les molesses globales d’une société qui fléchit en meute. Tel est le futuriste créateur.

Valeriu Ciumacu est politiquement incorrect, magnifiquement contre-courant, dangereusement révolté, et son talent peut faire craindre la plus fantastique des revolutions. Grandiose dialectique !

Texte écrit lors du Symposium 2006 à l’Atelier Balias au château de Serans.

Découvrez le Blog de l’Atelier Balias

le 27/08/2006
Repost 0
Published by Balias - dans Symposium
commenter cet article
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 20:00

Les sculpteurs et le jury 2006

Dimanche 27 août Balias, artiste peintre et président de l'association Art dans l'Orne a procédé à la remise de prix qui clôturait le Symposium de sculpture qui s'est déroulé dans le parc de Sculptures du Château de Serans.
Balias, qui avait invité cinq sculpteurs internationaux chez lui a accueilli le jury dimanche après midi, ils ont du départager les cinq oeuvres réalisées dans des blocs de granit monumentaux en deux semaines. Après une longue délibération le jury composé de Laurent Beauvais, Monique Beguin, André Foyer, Frédéric Vignale, Lilac et François Henry ont pu trancher malgré les difficultés.

Parallèlement Ilios Balias (Balias junior) a réuni un jury d'enfants, composé de cinq garçons et filles, qui ont fait leur délibération indépendamment. Ainsi parmi les cinq sculpteurs c'est Didier Poisson, français qui a remporté le premier prix pour les adultes et Antonio Vuelta, Espagne pour les enfants, en deuxième place pour les adultes se trouvait Antonio Vuelta et pour les enfants Didier Poisson, les deux jurys ont mis Valeriu Ciumacu, Roumanie, en troisième position suivi de Frans van Zaelen, Belgique et Etienne Borgo, France.

Etant donné qu'il s'agissait d'un concours il a bien fallu juger mais Balias a précisé lors de la remise des prix que l'art ne se juge pas, chaque pièce a sa personnalité et l'appréciation est en rapport à la sensibilité de chacun. Frédéric Vignale, directeur du journal www. lemague.net, visible sur internet, a fait connaissance avec les artistes, il a dressé un portrait percutant de chacun qu'il leur a remis et qui sera lisible sur internet prochainement, dans ce site il y a également  un portrait de Balias et le 'plus grand tableau vivant du monde', textes écrits par Lilac qui a remercié Balias au nom de tout le monde en prononçant quelques mots  poétique pour lancer la cérémonie, ''L'esprit, l'énergie, la création ont répondu présent sous la bienveillance du Maître du lieu Balias, dans l'Esprit de sa création. Face au lac: dans le plus grand tableau vivant du monde, '' ce texte fait découvrir par le ciel le site du Château de Serans que Balias a crée au milieu de la Normandie, intitulé aujourd'hui Atelier Balias.

En évoquant le travail des sculpteurs elle a utilisé ces mots, ''la main de l'homme qui sculpte la roche, l'homme le seul créateur, c'est lui qui fait le pont entre le visible et l'invisible. - le sculpteur porte sur ses mains la chance de l'homme.'' En fin de soirée Lilac a interprété une dizaine de chansons qu'elle a écrites et composées elle-même.

L'Atelier Balias est ouvert au public tous les jours jusqu'au 5 septembre avec la 10ème exposition des Métiers d'Art, ensuite Art dans l'Orne met en place une exposition des oeuvres de Balias et l'exposition itinérante composé d'une oeuvre de chaque artiste qui a participé au Festival d'Art Plastique. Le parc de sculpture est de nouveau ouvert au public gratuitement entre 14h et 18h.
Repost 0
Published by Balias - dans Symposium
commenter cet article